act0c1new.png
   
   
Détails

 

 gearan  

La transmission est l'un des composants

essentiels du tandem

 

  sinon, y en aurait un qui ne pédalerait pas
et ça ferait encore des histoires...
.

 

La transmission commence aux pédales. L'effort exercé se transmet aux manivelles puis s'exerce sur les chaînes. Il y a deux chaînes sur un tandem : une chaîne de synchronisation et une chaîne de transmission. La démultiplication des forces dépend du nombre relatif de dents entre le(s) pédalier(s) et le(s) pignon(s). Pour des raisons de clarté, la discussion qui suit décrit l'ensemble en partant de l'arrière pour terminer à l'avant.

Les pignons

Plus il y en a, mieux c'est ! En fait la question n'est pas tant le nombre de pignons que la différence de dents d'un pignon à l'autre. Plus la différence est faible plus il est facile de trouver le bon rythme de pédalage. Il y a quelques années on se contentait de 6 ou 7 pignons. A mon avis, 8 pignons sont un minimum et l'idéal est de disposer de 9 pignons étagés de 12 à 27 (ou 34) dents.

Afin de comparer les démultiplications des différents pignons, on a l'habitude de parler de différents développements. Cette unité exprime la distance parcouru par le vélo pour un tour de pédale. Cette unité de mesure pouvait être pratique lorsqu'elle ne servait à comparer que des cycles possédant des diamètres de roue (et des pneus) identiques. Ce n'est pas le cas dans le monde du tandem puisque l'on trouve aussi bien des tandems avec des pneus de 26" et d'autres avec des pneus de 700c. La différence de diamètre des jantes est de 6 cm et peut être partiellement compensée par la taille des pneus.

De façon à comparer les démultiplications de façon cohérente entre différents cycles, Sheldon Brown propose une méthode consistant à caractériser la puissance du levier qui s'exerce entre la pédale et la roue. Cet effet de levier est proportionnel à la longueur des manivelles et au nombre de dents sur le pignon considéré. Il est inversement proportionnel au rayon de la roue et au nombre de dent du pédalier considéré. Plus ce nombre est grand, plus le pédalage est facile, plus ce nombre est petit, plus on développe grand.

K = Lmanivelle Npignon

Rroue Npédalier

Ce nombre est sans dimension (pourvu que l'on mesure la longueur de la manivelle et le rayon de la roue avec la même unité).

Les dérailleurs

Le dérailleur arrière à un double rôle. Tout d'abord il guide la chaîne de transmission sur le pignon sélectionné. Ensuite il tend la chaîne de façon à compenser les différents diamètres de pignons et de pédalier. Si l'on dispose d'un triple pédalier (et en général c'est préférable à tandem), le dérailleur arrière aura une grande chape pour être capable d'absorber les différences de taille des pédaliers.

Au contraire du dérailleur qui travaille tout en subtilité sur la partie de la chaîne la moins soumise à la tension, le dérailleur avant doit exercer une force brute sur la chaîne pour l'obliger à changer de plateau. Le dérailleur avant est construit tout en contradiction : Pour être précis et permettre de dérailler rapidement il doit être assez étroit. D'un autre côté, il ne faut pas qu'il soit trop étroit pour permettre à la chaîne de changer de pignon sans immédiatement frotter sur le dérailleur avant.

Les dérailleurs peuvent être commandés par des manettes sur le cadre (à l'ancienne) ou sur le guidon. La forme des commandes est largement une question de goût personnel : poignées tournantes ou à leviers du type Rapid Fire pour les guidons de type VTT ou inclues dans les freins pour les guidons du type route (STI de Shimano ou Ergo de Campagnolo). Dans tous les cas on profitera du confort des manettes indexées qui permettent de positionner de façon rapide et fiable le dérailleur au bon endroit.

Les pédaliers

L'évolution du tandem moderne a largement profité des développements réalisés par l'industrie du VTT. La plupart des tandémistes préfèrent disposer de trois pédaliers. Le nombre de dents des pédaliers varie avec les préférences personnelles mais généralement le tandem sera équippé d'une gamme de développement plus étendue que celle d'un vélo simple :

  • un grand pédalier avec 50 à 54 dents pour enrouler les faux plats. A deux, on a un meilleur rendement que tout seul sur un vélo simple.
  • un moyen pédalier, de 36 à 42 dents, à choisir en fonction des deux autres pédaliers.
  • un petit pédalier de 24 à 32 dents qui permettra de gravir toutes les bosses.

La chaîne de synchronisation (ou de liaison ou intermédiaire)

Elle est généralement située à gauche du tandem. Son premier rôle est de transmettre l'effort du pilote à la roue arrière (c'est pas parce qu'il conduit qu'il est dispensé d'effort). Son deuxième rôle est de synchroniser le mouvement des pédales avant avec les pédales arrière.

Une majorité de tandémistes pratique le pédalage en phase. Ce qui signifie que les pédales avant et arrière sont dans la même position. D'autres préfèrent déphaser les pédales avant avec les pédales arrière. Différentes positions sont possibles mais dans ce cas il faut faire davantage attention à ne pas toucher le sol avec une pédale dans un virage.

Les tandems daVinci ont deux chaînes de synchronisation qui renvoient le mouvement sur une axe indépendant des pédaliers. Cet axe est muni de deux roues libres et permet de ce fait une désynchronisation des équipiers. En fait chacun est libre de s'arrêter de pédaler à volonté

Voir aussi Le Cas des Plateaux Intermédiaires pour la méthode de réglage de la tension de la chaine de liaison.

Les manivelles

Une différence fondamentale entre le vélo simple et le tandem se situe au niveau des manivelles. Sur les quatres manivelles que compte un tandem il n'y a généralement qu'une seule manivelle identique à celle d'un vélo : c'est la manivelle arrière droite, solidaire des pédaliers.

La manivelle avant droite n'a aucun pédalier tandis que les manivelles gauches sont toutes les deux couplées au pédalier de la chaîne de synchronisation. Comme le pas de vis de la pédale n'est pas taraudé dans le même sens pour une manivelle droite (pas à droite) et une manivelle gauche (pas à gauche), il s'ensuit que les manivelles de tandem sont fabriqués spécifiquement (du moins trois d'entre elles sur les quatre).

Pour plus d'information au sujet de la longueur des manivelle, lisez l'article de Myra Van Inwegen.

Les pédales

Comme chez les autres cyclistes, on trouve les partisans des pédales traditionnelles, avec ou sans cale-pieds, et des pédales qui se clipsent sous les chaussures. A tandem, n'oublions pas que l'on est deux. Il faut éviter que les mouvement de l'un des partenaires qui se réajuste sur sa selle où qui s'arrête de pédaler fasse perdre les pédales à son équipier. En conséquence, l'utilisation de cale-pieds ou de pédales qui se clipsent sous les chaussures est extrêmement recommandé. L'usage de cale-pieds ou de chaussures clipsées aux pédales permet également une meilleure communication "par les pieds" (!) avec son partenaire. On sait immédiatement s'il veut s'arrêter de pédaler un instant, on sent son état de fatigue et permet également au capitaine de relacher la pression sur les pédales au moment ou il actionne l'un des deux changements de vitesses.

Look a inventé la pédale "automatique" qui se clipse dans une cale fixée sous la chaussure. Aujourd'hui le système Look n'a plus les faveurs de la majorité des tandémistes parce qu'il n'est pas vraiment commode de marcher avec ces enormes cales sous les chaussures. On leur préfère les systèmes Shimano ou Time qui intègrent la fixation aux pédales de façon à ne pas gêner la marche.

Quelque soit le système choisi on aura tout intérêt à utiliser des chaussures spécifiques pour le vélo. Leur semelle bien plus rigide que les tennis permettent une meilleure répartition de l'appui sur le pied.

   
Copyright © 2017 Tandem Club de France - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public